AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

• • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Deanna Wendelleigh

avatar

A ◆Deanna Wendelleigh
Guerrière indépendante ♠

MessageSujet: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 18:26





    WENDELLEIGH
    DEANNA


    "Se montrer galant avec elle, c'est comme tenter de danser avec un ours... Cela ne marche pas et au final, on se fait arracher la tête"

    IDENTITÉ






        ▬ Nom et Prénom : Deanna Wendelleigh

        ▬ Âge : 23

        ▬ Surnom : Le premier abruti qui m'en donnera un le regrettera

        ▬ Sexe : Féminin

        ▬ Profession : Garde du corps de la Reine Awen

        ▬ Situation Sentimental : ...


        ▬ Groupe : Guerrière Solitaire





    Forte/ Courageuse/ Respectueuse // Orgueilleuse /Méfiante/ Froide






    VOTRE PASSÉ / VOTRE AVENIR



    PS : Bon courage à ceux qui vont lire la fiche en entier Razz


    ▬ Histoire : : Lorsque Iva mit au monde son premier enfant, elle ne s’attendait pas à ce que ce bonheur arrive accompagné. Elle fut l’heureuse mère de jumeaux, un garçon et une fille. La petite arriva la première, son frère quelques minutes après. On nomma le garçon Theran et sa sœur Deanna.

    Durant les premières années, les jumeaux grandirent dans une atmosphère sereine. A l’école du village, Deanna brillait par sa soif d’apprendre. Dès qu’elle eut appris à lire et à écrire, elle voulut savoir toujours plus de choses. Elle grandit de cette manière, passionnée par la nature qui l’environnait, découvrant le monde avec la curiosité et l’innocence de ses yeux d’enfants.
    Le père de Deanna et de Theran était un marchand ambulant. Il était sans cesse en déplacement et quand il revenait, il ramenait des cadeaux pour sa femme et pour ses enfants. Un jour, il offrit aux jumeaux deux dagues dont la garde était sertie de pierre précieuse. Il n’existait que ces deux armes dans ce modèle puisque leur père les avait fait forger uniquement pour eux deux. Une autre fois, il offrit à Deanna une magnifique robe pour la jeune fille qu’elle devenait et des bottes en cuir souple pour Theran.
    Deanna ne voulait pas devenir comme les autres filles de son village qui n’aspiraient qu’à se marier avec les meilleurs partis de la ville et à fonder une ville. Non. Deanna voulait voyager, voir le monde. Elle voulait découvrir le plus de choses possibles. Rester dans ce même petit village toute sa vie l’étouffait rien que d’y penser. Elle passait de longues heures dans les bois environnants, contemplant la nature et écoutant sa douce mélodie.


    • • La Perte de l’Innocence est souvent Brutale • •


    C’était l’une de ces après-midi que la vie de Deanna prit un tout autre tournant. Comme à son habitude, elle arpentait les petits sentiers de la forêt, ses longs cheveux tombant avec grâce jusqu’au milieu de son dos. Elle avait tressée deux mèches qu’elle avait réunie derrière sa tête tandis que le reste de sa chevelure dorée formaient de magnifiques boucles. Elle portait l’un des robes que son père lui avait ramené de son dernier voyage. Le soleil brillait entre les feuilles, berçant la forêt d’une douce lumière. L’atmosphère sereine des lieux était quasi-religieuse et le moindre bruit pouvant troubler le silence reposant de l’air pouvait sembler blasphématoire. Le fin tissus de sa longue robe s’accrochait aux ronces qui se trouvaient sur le bord du sentier alors que le visage de la jeune fille allait de nombreuse fois à la rencontre des toiles d’araignées dressée entre deux arbres. Le sentier n’était pas large, une seule personne pouvait marcher sur le petit chemin poussiéreux.
    Deanna était tout simplement perdue dans ses pensées, s’interrogeant sur son avenir. Elle avait trouvé un travail dans la taverne du village mais elle n’aimait guère travailler parmi ces ivrognes qui ne savaient pas quoi faire de leurs mains.
    Un cri l’arracha de sa réflexion. Une voix grave. Humaine. Quelqu’un avait des problèmes dans les environs. Peut-être un voyageur blessé. Le village était éloigné et personne ne pourrait l’entendre. Et Deanna savait qu’il était près d’ici. Alors la jeune fille s’élança sur le sentier, sa robe se soulevant et suivant ses mouvements rapides. Elle sauta par-dessus quelques racines, évita de justesse quelques branches dressées sur son passage avant d’entendre d’autres voix. Le souffle court, la jeune fille s’arrêta un instant. Il y avait plusieurs hommes. Elle pouvait l’entendre. Er au son de leurs voix, elle devinait que quelque chose se tramait. Elle avança avec précaution, se mouvant avec agilité entre les arbres pour voir ce qu’il se passait. Elle se cacha derrière un tronc épais, ses doigts fins effleurant l’écorce rugueuse. Elle risqua un regard vers l’extérieur et se rendit compte qu’elle avait une vue parfaite sur la scène qui se déroulait. Trois hommes étaient regroupés autour d’un seul. Ce dernier était allongé dans le tapis de feuille morte qui jonchait le sol. Une flaque de sang grossissait autour de son corps recroquevillé. Les trois hommes riaient. Celui qui semblait être le chef du groupe tenait une longue dague couverte d’une lueur écarlate. Deanna étouffa un cri qui par chance ne fut pas entendue par les trois hommes. Ils s’agissaient de bandits de grands chemins. Son père lui avait expliqué que ces hommes se cachaient en embuscades et égorgeaient les voyageurs dans l’unique but de les détrousser. Leurs rires résonnaient dans l’air quand l’un d’eux prit la parole :


    « Sa bourse est bien remplie… Plus que je ne l’espérais…Dommage que cet argent ne pourras plus lui servir ».

    Le cœur de Deanna battait la chamade. Elle avait vu ces hommes. Ils avaient tué quelqu’un. S’ils la surprenaient, son sort ne serait guère mieux que celui de ce pauvre voyageur. Deanna recula doucement. Malheureusement, le terrain glissant décida qu’il en serait autrement. La jeune fille dérapa. Elle dévala la pente à une vitesse folle avant d’atterrir au pied des trois hommes. Sonnée et endolorie, Deanna prit conscience d’où elle se trouvait et se redressa vivement. Elle n’eut pas le temps de fuir car deux mains l’empoignèrent. L’un des hommes l’immobilisa, l’empêchant de faire le moindre geste tandis que celui qui tenait la dague s’approchait, les traits crispés par une joie malsaine. Elle avait vu quelque chose qu’elle n’aurait pas du voir… Il fallait donc l’empêcher d’aller les dénoncer. Et quitte à le faire… Autant se faire plaisir…
    Les insultes avaient accompagnés les coups. Deanna fut envoyé au sol sans le moindre ménagement. Elle fut frappée de longues minutes. Et chaque tentative de fuite rendait le suivant plus douloureux que le précédent. La douleur était telle qu’elle avait fini par ne plus la sentir. Mais le pire était à venir. Sa vue s’était troublé et son esprit sonné. Aussi, elle ne comprit pas tout de suite ce qu’ils allaient lui faire. Ce ne fut que lorsqu’on la plaqua violement au sol, lui tenant fermement les poignets qu’elle commença à saisir ce qu’il se passait. Elle avait beau se débattre, les mains qui caressaient son corps ne s’ôtaient pas. Les morceaux de sa robe qui faisait rempart au désir brutal de ces hommes furent arrachés sans le moindre égard. Ses poignets étaient entravés, de sorte qu’elle ne pouvait pas se défendre. Quant à ses cris, ils mourraient dans sa gorge, sans avoir la force de franchir ses lèvres. Elle était brisée, humiliée. Elle passait de mains en mains, comme un vulgaire objet.
    Ce fut cette nuit que son innocence lui fut volée. La flamme qui l’habitait s’éteignit, à jamais.

    Son supplice dura jusqu’à ce que la lune se lève. Après quoi, les trois hommes partirent, non sans l’avoir encore frappé…Pensant qu’elle était morte, ils ne prirent pas la peine de la déplacer, la laissant ici, dans les bois, sans la moindre dignité.
    Laissée pour morte, Deanna reprit connaissance quand la lune était haut dans le ciel. La douleur était revenue, s’empara de tout son être. Son corps tremblait de froid mais également sous l’effet de la crise de nerfs. Ses larmes coulaient tandis qu’elle serra les bras sur sa poitrine. Elle était recroquevillée au sol, tressaillant au moindre bruit…

    Elle resta ainsi durant des heures, le corps transi de froid avant d’oser enfin émettre le moindre mouvement. Elle se redressa doucement, la peur que ses bourreaux ne reviennent à la charge au ventre.
    Deanna parvint à se trainer doucement, réajustant autour de son corps ce qui lui restait de sa robe. Juste assez de tissus pour cacher sa nudité. Le reste avait été arraché. Ses mains s’agrippèrent à une branche, sur laquelle elle s’appuya pour se redresser. Ses jambes semblaient refuser de la porter, si bien qu’elle dut se tenir aux arbres pour pouvoir marcher. Le sol blessait ses pieds, mis à nu. Son visage et ses bras étaient couverts de contusions. Une épaisse marque violacée faisait le tour de ses poignets, à l’endroit où une main ferme les avait entravés. Sa démarche était maladroite, elle manquait de tomber à chaque instant. Ses joues pâles étaient striées de larmes. Sa respiration était haletante, comme prisonnière de sa poitrine. Désorientée, perdue, blessée, humiliée. Où était-elle ? Peu lui importait. Tant qu’elle fuyait cet endroit. Elle avait encore l’impression de sentir leurs mains contre sa peau. Il lui semblait qu’ils étaient derrière elle, en train de rire de la voir ainsi perdue, sombrant peu à peu dans la folie. Ses yeux verts avaient perdus leurs éclats. Ils étaient vides, dénués de la moindre trace de vie. L’étincelle qui avait habité ses prunelles jadis s’était éteinte à jamais. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle marchait. Elle s’éloignait du village dans lequel elle avait grandi, laissant sa mère, son père et Theran.
    Ce fut une jeune fille en haillon qui marchait sur le chemin. Le soleil était haut dans le ciel, brulant le sol sous les pieds de Deanna qui ne sentait plus la douleur pour l’avoir beaucoup trop éprouvé. Les lieux étaient déserts, pas le moindre village dans les environs. La chaleur accélérait la soif de la jeune fille mais peu lui importait. Si elle pouvait mourir… Elle était déjà morte la nuit dernière. Pourquoi ne pas l’être totalement ? Le concentré des récents évènements, la chaleur et la déshydratation l’affaiblissait de minutes en minutes. Ses pas devenaient de plus en plus hésitants jusqu’à ce qu’elle s’effondre sur le chemin poussiéreux. Etendue au sol, Deanna leva les yeux vers le ciel, se demandant pourquoi seigneur lui infligeait-on ceci. Ses paupières devinrent plus lourdes jusqu’à ce qu’elles se ferment totalement…


    • • Le Hasard peut être bénéfique • •


    Deanna revint à elle dans une chambre à demi-éclairée. Sa tête lui faisait atrocement mal, si bien qu’il lui fallut plusieurs minutes pour se redresser. L’endroit où elle se trouvait lui était totalement inconnu. Les murs étaient richement décorés, ornés de tapisseries certainement tissés par les meilleures ouvrières de tout Riva. Les draps qui la recouvraient étaient d’une qualité comme jamais elle n’en avait vu auparavant. Lentement, elle observa la pièce, enregistrant le moindre détail. Avant de se demander enfin pourquoi elle se trouvait là. Les derniers souvenirs qu’elle avait… étaient ceux de son viol. A cette pensée, Deanna ramena ses jambes contre sa poitrine, retenant le sanglot qui l’emprisonnait dans un étau glacial. Les larmes lui montaient peu à peu aux yeux. Prise par un irrésistible besoin de prendre l’air, Deanna s’extirpa du lit pour s’avancer vers l’ouverture qui la menait vers une sorte de minuscule balcon. A sa grande surprise, Deanna découvrit qu’elle était vêtue d’une longue robe blanche. Quelqu’un l’avait amené dans cet endroit et lui avait donné ces vêtements. Les questions se bousculaient dans la tête de la jeune fille. Où était-elle ? Qui l’avait amené ici ? Pourquoi ? Combien de temps était-elle resté inconsciente ?
    Elle devait partir…
    Deanna revint au centre de la pièce, ses longs cheveux volant derrière elle tandis qu’elle marchait avec précipitation. Elle brûlait de connaître l’identité de son sauveur mais elle ne pouvait pas rester ici. La porte s’ouvrit. Une fille à peine plus âgée que Deanna entra dans la pièce, portant un plateau sur lequel se trouvait une carafe d’eau, une serviette et un récipient. Sur l’un de ses bras était posé un morceau de tissus plié. Nullement surprise de voir Deanna ainsi éveillée, elle lui sourit avant de poser le plateau sur la petite table qui se trouvait devant la porte. Elle se tourna vers elle et lui adressa une humble révérence.


    « Mon maître va bientôt arriver… Il m’a demandé de vous donner ceci à votre réveil. Il aimerait que vous la portiez… »

    La jeune fille tendit à Deanna le morceau de tissus qu’elle portait avant de se retirer, sans lui laisser le temps de s’interroger davantage. Deanna déplia le tissu et vit certainement ce qui aurait pu être la plus belle robe qu’elle n’ait jamais vu. En velour rouge, avec des fin motifs dorés, elle lui tombait jusqu’au pied, mettant ses courbes en valeurs. Deanna s’avança jusqu’au miroir central de la pièce. Elle l’avait évité jusque là pour ne pas croiser son reflet. Mais elle savait qu’elle n’avait pas le choix et que tôt ou tard, elle devrait bien l’affronter de nouveau.
    La fille qui se trouvait en face d’elle était quelqu’un d’autre. Son visage était contusionné. Un hématome violacé colorait son œil droit, sa lèvre était entaillée… Une fine entaille décorait son front. Deanna porta sa main à sa bouche, horrifiée par ce que son reflet lui renvoyait. Elle inspecta son visage, à la recherche d’autres traces de cette nuit macabre. De sa main droite, elle dégagea quelques mèches de cheveux, le repoussant derrière son épaule pour découvrir une trace violacée. Un suçon. Preuve de plus de ce qu’on lui avait fait.
    L’air sembla soudain lui manquer. Sa poitrine se soulevait de manière irrégulière alors que la pièce tournait tout autour d’elle. Elle tomba à genoux sur le sol dallé, cherchant à retrouver sa respiration. Ses mains vinrent se placer de chaque côté de sa tête. De nouveaux les larmes se mirent à couler, elles qui avaient déjà tant mouillé ses joues.
    Deanna sentit quelqu’un la toucher. Une main se referma avec douceur sur son bras. Prise d’une panique soudaine, elle se dégagea, croisant les bras sur sa poitrine dans une tentative de protection. Elle sentit qu’on la soulevait du sol, toujours avec douceur, mais également avec fermeté. Elle n’avait pas la force de se battre à nouveau. Elle se laissa faire, fermant les yeux. On la déposa avec délicatesse sur le lit. Elle retrouva peu à peu la respiration quand la personne qui l’avait porté s’éloigna doucement d’elle. Alors seulement, elle ouvrit les paupières.
    Un homme se trouvait là, assis au bord du lit. Jeune. Certainement plus vieux que Deanna, de quelques années. Mais agréablement beau. Sans doute le plus beau qu’il lui avait été donné de voir. Ses yeux bleus la regardait, elle. Deanna ne dit rien, cherchant à retrouver ses esprits. De longues minutes durant, le silence était maître des lieux. Jusqu’à ce qu’enfin, le jeune homme se décide à le briser.


    « Je ne voulais pas vous faire peur… Je suis navré… »

    Deanna ne le regardait pas. Jamais plus elle ne regardait un homme si ce n’était qu’avec méfiance.

    «  Mon nom est Gwayn… Quoiqu’il a pu vous arriver, vous êtes en sécurité…Personne ne vous fera de mal ici. »

    Comment le croire ? Deanna tourna vivement la tête vers lui, ses yeux brillant d’une lueur de défi. Ses mains tremblaient tandis qu’elle entreprenait de les ramener contre elle. Gwayn reprit :

    «  Je vous ai trouvé sur le chemin qui menait à la Forêt Endormie… Une chance que je passais par là, car cette route est quasi-déserte la plupart du temps… Vous êtes restée inconsciente trois jours… »

    Trois jours ? Cela ne faisait que trois jours ? Pour Deanna cela semblait être une éternité. Gwayn lui offrit un sourire rassurant.

    «  Je vais demander à ma servante de vous porter de quoi manger… N’hésitez pas à demander, si vous avez besoin de quoi que ce soit… »

    Gwayn se leva. Deanna garda le silence. Il sortit non sans lui adresser un autre sourire et lui dire au revoir.



    • • Mourir pour mieux Renaître… • •


    Les jours qui suivirent, Gwayn vint rendre visite à Deanna. Peu à peu, la jeune fille laissa sa méfiance retomber. Elle reprit progressivement l’usage de la parole. Elle apprit ainsi à son sauveur comment elle s’appelait et d’où elle venait. Mais pas ce qui lui était arrivé. Pas encore. La douleur que son corps lui produisait à chaque mouvement s’atténuait de jour en jour. Gwayn se montrait attentionné, il lui parlait durant des heures, ne lui demandant pas en retour de lui répondre. Deanna se sentait en confiance avec lui. Si bien qu’elle se décida enfin à lui avouer ce qu’il s’était passé, plusieurs semaines après que Gwayn l’eut trouvé agonisante sur le bord de la route.
    Il vint la rejoindre dans la cour de son domaine. Gwayn était fortuné et possédait une grande demeure qui se trouvait en retrait des villes. Autour d’eux, il n’y avait que des arbres et des plaines désertes. Deanna savait qu’il n’y avait pas qu’eux entre ces murs, car de nombreuses fois elle était sortie dans les longs couloirs de la villa et de nombreuses fois elle avait rencontré des hommes et des femmes qui ne semblaient pas faire attention à elle. Elle avait même l’impression qu’ils l’évitaient.
    Gwayn marchait silencieusement à ses côtés. Deanna se tenait les mains, qu’elle tordait anxieusement. Son visage, qui avait retrouvé son état initial était crispé. Son regard se perdait dans le vide alors que ses pas foulaient doucement le sol. Gwayn sentit son anxiété et l’invita à s’asseoir sur l’un des bancs en pierre qui meublaient les allées du riche jardin.
    Deanna attendit un moment avant de se lancer. Elle lui raconta comment elle avait vu ces hommes en tuant un autre, comment elle était directement tombée à leurs pieds et comment ils avaient tenté de lui faire garder le silence. De nouveau la poitrine de Deanna se serrait quand sa respiration se faisait haletante. Gwayn prit ses mains entre les siennes et les serra au fur et à mesure de son récit. La jeune femme parvint de justesse à retenir ses larmes en repensant à cette nuit où on lui avait volé sa vie.
    Un long silence s’installa de longues minutes durant. Avant que Gwayn prenne la parole.


    «  Ces hommes… Les as-tu vu ? Saurais-tu les reconnaître ? »

    Deanna ne put s’empêcher de frémir. Bien sûr qu’elle saurait les reconnaitre… Comment oublier leurs visages ?
    Elle acquiesça silencieusement.


    « Voudrais-tu les voir mourir ? »

    Deanna leva la tête vers Gwayn. Un éclat brilla dans ses yeux émeraude.

    «  Je voudrais les tuer de mes propres mains… »

    Gwayn garda le silence. Au bout de plusieurs minutes, il saisit doucement la main de Deanna et la fit se lever.

    «  Je vais te montrer quelque chose… »

    Il la guida à travers un dédale de couloir. Deanna se laissa entraîner. Elle lui faisait confiance. Il lui avait plus d’une fois prouvé qu’il en était digne. La jeune fille se sentait en sécurité avec lui.
    Il l’emmena dans l’immense bibliothèque qu’il lui avait fait visiter trois jours après son arrivée au domaine. Deanna le suivit sans poser de question, sa robe épousant ses mouvements tandis qu’elle marchait à ses côtés. Gwayn fixa un instant une rangée de livre avant d’appuyer sur celui du milieu. Un bruit assourdissant resonna entre les murs de la pièce quand un pan entier de la bibliothèque s’enfonça dans le mur, découvrant ainsi un mince passage. Deanna resta sans voix. Gwayn avança. Puis se tourna vers elle et lui tendit la main, comme pour l’inviter à le suivre.
    Après avoir l’avoir suivi dans un escalier au nombre incalculable de marche, elle posa le pied dans une salle à demi-éclairée par des torches fixées dans le mur. Gwayn avança au centre de la pièce. Il l’invita de nouveau à la rejoindre. Quand ce fut fait, il la poussa doucement vers un socle devant l’un des murs. Sur le tissu en velours rouge se trouvaient plusieurs armes. Des dagues de toutes les tailles différentes. Sur le mur en face d’eux, on pouvait voir des arcs, de tous les matériaux et de toutes les tailles. Deanna tourna la tête vers Gwayn qui l’attira cette fois-ci face au mur derrière eux. Plusieurs mannequins se trouvaient là. Des dizaines de tenues différentes étaient disposées.


    « Gwayn… Qu’est-ce que cela signifie ? »

    Gwayn lui offrit ce sourire rassurant qui lui disait qu’elle n’avait pas à s’inquiéter.

    «  Tu es si dans la crypte des Assassins. Mon arrière grand-père a fondé cet endroit. Comme son père avant lui, il était un Assassin. J’en suis un… »

    Deanna s’écarta vivement de lui, abasourdi par ces révélations. Comment était-ce possible ? Cet homme qui lui semblait doux et protecteur était un meurtrier ? Deanna n’osait à peine le croire. Pourquoi lui montrait-il tout cela, où voulait-il en venir ? Gwayn poussa un soupir en la voyant reculer. Il avança doucement sa main vers sa joue et repoussa délicatement l’une des mèches blondes de Deanna derrière son oreille.

    « Je ne te ferais pas de mal, Deanna… Je veux simplement t’aider à te libérer… »

    Deanna le regardait sans comprendre. La libérer ? Mais comment ?

    « Tu n’as qu’un mot à dire… Et tes bourreaux trouveront la mort aussi rapidement qu’ils t’ont torturé durant cette nuit… Je m’en chargerais personnellement… »

    Ainsi le sort de ces hommes, de ces meurtriers était entre ses mains ? Comme c’était drôle… Elle baissa la tête, ses cheveux tombant avec grâce sur son visage. Gwayn posa doucement sa main sous son menton et lui redressa la tête vers lui. Deanna plongea ses prunelles de jade dans celles bleutés de son protecteur.

    «  Apprends-moi… »

    Gwayn sembla déstabilisé par les paroles de la jeune fille. Il crut un instant qu’elle plaisantait. Mais ce n’était pas le cas. Il pouvait lire cette détermination qui brillait dans ses yeux.

    « Deanna… Tuer n’es pas aussi facile qu’on le pense… Une fois qu’on a franchi le cap, on ne peut plus revenir en arrière…
    - Apprends-moi…
    - Je ne peux pas faire ça… Je peux seulement t’assurer que tes bourreaux vont payer… »

    Deanna s’écarta, sa détermination cédant la place à la colère.

    «  Si tu les tues, je ne te le pardonnerai pas… Je veux qu’ils payent ce qu’ils ont fait… Et je veux que ce soit moi leur dernière vision… Je veux les tuer de mes propres mains. Apprends-moi, Gwayn ! Montre-moi ! »

    • • Vengeance • •


    Gwayn finit par céder. Deanna suivit un entraînement intensif. Pour montrer à quel point elle était prête à aller jusqu’au bout, elle subissait la formation sans jamais se plaindre. En quelques semaines, elle apprit à se battre, à utiliser les armes que Gwayn lui avait montré. Elle savait comment éliminer un ennemi discrètement et comment prendre la fuite si c’était nécessaire. Là où elle se trouvait le plus particulièrement douée, c’était au corps à corps. Son corps se métamorphosa au fil de sa formation, ses membres devenant toujours plus musclés. Elle n’était pas la seule à débuter. Gwayn lui apprit qu’il dirigeait l’Ordre mais qu’il y avait d’autres gens comme lui. C’était ces personnes qu’elle croisait dans les couloirs avant d’apprendre la vérité.
    Durant des semaines, la jeune femme s’était préparée à l’instant où elle aurait ses tueurs en face d’elle. Gwayn supervisait lui-même son entraînement, lui apprenant exactement comment frapper pour que le coup soit fatal.
    La fin de sa formation était proche, Gwayn lui avait dit. Deanna arpentait sa chambre, de long en large. Elle bouillait d’impatience. Elle mourrait d’envie de leur faire payer. Mais on lui avait dit que la patience était la plus puissante arme d’un assassin. Gwayn avait insisté là-dessus. Patience était souvent synonyme de réussite.
    La porte s’ouvrit. Deanna n’eut pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s’agissait. Elle le laissa venir à elle, poser ses mains au creux de ses reins et gratifier sa gorge blanche de l’un des baisers dont lui seul avait le secret. Il se recula doucement et attendit que la jeune femme se retourne vers lui.


    « Deanna… J’ai quelque chose pour toi… »

    Gwayn tenait un paquet dans ses mains. Quelque chose enveloppé dans un fin drap de lin. Deanna fronça les sourcils sous la surprise et ouvrit le paquet quand il la déposa au creux de ses paumes.
    Sa suprise fut de taille lorsqu’elle y découvrit une magnifique tenue de cuir, certainement de la meilleure qualité possible. Elle la déplia entièrement et porta son regard sur Gwayn qui lui souriait.


    « Tu peux la revêtir dès maintenant. »

    Gwayn sortit pour laisser à la jeune femme le temps de mettre la tenue qu’il venait de lui offrir. La tenue était d’une couleur blanche, une blancheur presque parfaite. Le cuir luisait sous la lumière des torches. Deanna arrangea ses cheveux qui étaient désormais beaucoup trop long à son goût. Prise d’une envie soudaine, elle saisit le poignard qu’elle avait rangé dans sa table de nuit. Le poignard serti de pierre précieuse, que son père lui avait offert. Et le même que Theran. Son cœur se serra en pensant à sa famille. Depuis le début de son initiation, elle se forçait à ne pas penser à eux, préférant qu’ils pensent qu’elle était morte plutôt qu’ils apprennent ce qui lui était arrivé dans la forêt. Elle souffrait de l’absence de son frère mais elle savait qu’il valait mieux pour elle et pour sa famille qu’elle ne pense plus à eux et qu’elle ne cherche plus à les revoir. Sa main se resserra sur le manche de son poignard alors que la deuxième rassembla toutes ses mèches de cheveux. Elle arrêta l’arme à quelques centimètres de ses mèches dorées, hésitante. Avant de trancher le tout. Tel des fils, les cheveux tombèrent avec souplesse au sol, l’ornant de manière négligée. Elle arrangea une dernière fois sa tenue, s’assurant que le moindre détail soit parfait. Comme s’il lisait dans ses pensées, Gwayn pénètra dans la chambre de Deanna quand cette dernière fut prête. Il fut surpris de voir qu’elle s’était coupé les cheveux mais il lui adressa tout de même un sourire avant d’avancer vers elle. Il déposa délicatement la main sur sa joue avant de lui dire :

    « Deanna…Suis-moi… J’ai une petite surprise pour toi… »

    La tête remplie de questions, Deanna suivit Gwayn sans rien dire. Qu’avait-il encore inventé ? Depuis qu’elle le connaissait, il n’avait jamais cessé de la surprendre.
    Il l’amena dans la cour, où à la grande surprise de Deanna, les autres Assassins attendaient. Gwayn marcha au centre du cercle qui s’était formé. Ils étaient tous vêtus de blanc, comme elle. Gwayn tendit la main vers Deanna, comme pour l’inviter à avancer. Sentant tous les regards tournés vers elle, la jeune femme baissa la tête en avançant à son tour au centre du cercle.


    « Ton initiation prend fin… Et tu dois passer l’épreuve finale avant d’être enfin un Assassin, comme tous ceux qui sont réunis ici… »

    Deanna hocha la tête, humblement. Gwayn adressa un signe de la main à l’un des hommes qui se trouvait vers la porte. Celui-ci ouvrir le battant, n’attendant que son signal. Trois hommes furent poussés dans la cour, le visage recouvert d’un épais tissu. Deanna fronça les sourcils. Un Assassin poussa les trois hommes, dont les liens entravaient leurs poignets, au centre du cercle, juste devant Gwayn et Deanna. Un autre Assassin rompit le cercle pour se placer derrière les trois silhouettes à genoux sur le sol. Il leur retira à chacun le voile qu’ils avaient sur le visage. Les yeux de Deanna s'agrandirent sous la surprise. Un bref instant, un éclat de peur éclaira son regard avant de laisser place à la colère. Sa main serra plus fortement celle de Gwayn tandis qu'elle détaillait le visage de chacun de ces trois hommes. Un par un, elle se remémora quelle part celui qu'elle regardait avait pris dans sa destruction. Ils ne semblaient pas la reconnaître. Mais elle ne pourrait jamais oublier leurs visages, leur rire... Comment oublier tout cela ? Comment oublier cette nuit atroce ? La colère l'empêchait de développer une nouvelle crise d'angoisse, comme à chaque fois qu'elle repensait à cet épisode affreux de sa vie.
    Elle tourna le regard vers Gwayn, qui gardait l'air impassible. Elle s'écarta de lui, fronçant les sourcils. Qu'est-ce que tout ceci pouvait bien signifier ? L'homme qui l'avait aidé à guérir s'avança vers les trois hommes de sa démarche assurée. Il s'arrêta devant chacun d'eux, les détaillant de haut en bas. L'un d'eux hurla à son attention :


    «  C'est quoi cette histoire ! Laissez-nous partir ! »

    Un sourire sombre éclaira le visage de Gwayn alors qu'il prononça presque à voix basse mais de sortes que tout le monde dans ce cercle l'entende.

    « Désolé mes amis mais vos crimes s'arrêteront ici... »

    Gwayn se tourna vers Deanna et lui tendit la main, comme quelques minutes plus tôt.

    «  Viens, Deanna... »

    Les Assassins présent gardaient le silence, gardant cet air immobile. Seul le vent qui faisait se mouvoir les vêtements blancs qu'ils portaient montrait que ce n'était pas des statues immobile. Deanna approcha d'un pas mal assuré, ne pouvant quitter Gwayn des yeux. Pourquoi lui imposait-il la présence de ces hommes, de ses bourreaux ?
    Comme pour répondre à sa question, Gwayn fit un signe de main et un Assassin s'avança. Il lui remit dans la main une longue dague. Gwayn la saisit et la tendit à Deanna. La surprise de la jeune femme était à son comble.
    Gwayn se tourna vers les trois hommes qui avaient presque cessé de respirer. Dès le départ, il avait été indifférent aux insultes que lui lançait celui qui avait pris la parole un peu plus tôt.


    «  A toi de choisir Deanna... Si tu décide de tuer ces trois hommes, comme ils t'ont tués cette nuit-là, ton initation prendra fin et tu deviendra un Assassin à part entière. Si tu ne vas pas au bout, c'est que tu n'es pas prête pour cela et dans ce cas, plus rien ne te retiendra ici... »

    Deanna serrait l'arme dans sa main. Depuis le temps qu'elle rêvait de ce moment ! Il lui semblait même qu'il était arrivé trop vite ! Elle n'était pas prête pour ôter une vie humaine ! Elle porta son regard émeraude en direction de Gwayn qui semblait toujours aussi impassible. Elle baissa les yeux vers les trois hommes. Avaient-ils hésité pour la violer et la torturer ces longues heures ? Avaient-ils eu autant d'égard pour elle qu'elle en avait à ce moment-là ? La réponse s'imprimait dans son esprit : NON.
    La colère s'empara de nouveau de ses sens. Elle serra l'arme un peu plus avant de franchir la distance qui la séparait de ces hommes à grandes enjambées. D'un geste rapide et précis, comme on lui avait appris, elle fit glisser l'arme sur la gorge du premier. L'arme ne semblait opposer aucune résistance, la facilité avec laquelle elle entaillait la gorge de cette homme était presque déconcertante. Le sang coula à flot, souillant le sol du jardin. Sans ménagement, Deanna repoussa l'homme qui s'effondra en arrière. Elle se tourna vers les deux autres qui la regardaient avec effroi. Une immense satisfaction naquit en Deanna alors qu'elle apercevait cette lueur de peur dans leur regard. Ils allaient connaître les longues secondes de terreur qui précédait la mort, exactement comme Deanna l'avait ressenti.


    «  Qu'est-ce que ça fait ? Hein ? Qu'est-ce ça fait de sentir venir la mort ? »

    Les deux hommes ne prononçaient le moindre mot, leurs mains liés les empêchant de prendre la fuite. Deanna s'approcha de l'homme qui était prêt d'elle et lui réserva le même sort que le premier. Il ne restait plus qu'un seul de ces criminels. Celui qui avait ni plus ni moins ordonné aux autres de faire vivre à Deanna une nuit d'horreur.
    Il la défiait du regard, conscient que son heure était venue. Il y avait même un infâme petit sourire sur ses lèvres.
    Il l'avait reconnu. Il savait qui elle était. Il articula même lentement le mot « salope ». Deanna lui répondit par une expression neutre, presque ironique. Avant de le frapper violemment au visage. Et lui tuer sans le moindre égard.
    La lame de l'arme rouge de sang, elle se tenait devant les trois corps qui se vidaient. Elle se sentait... extenuée, épuisée... Comme vidée de toute son énergie. Son but était atteint, elle les avait tué. Ni plus ni moins... Gwayn s'écarta doucement, faisant quelques pas en arrière. Il s'inclina ensuite devant elle, comme tous les autres Assassins. Si Gwayn arborait une expression fière, les autres étaient impassibles.
    Son mentor avança vers elle et lui prit la main. Récupérant l'arme, il guida Deanna jusqu'au bout du cercle. Droite comme un I, la jeune femme attendait la suite des évènements. Gwayn la regardait à présent. Sa façon de se tenir montrait qu'il était le maître. Il releva doucement le menton et parla d'une voix forte et claire :


    «  Tu as réussi l'Epreuve... Tu es désormais l'une des nôtres... »

    Les autres Assassins posèrent tous, sans exception, un genou sur le sol, tête baissé. Deanna les regardait, surprise. Gwayn reprit :

    «  N'oublie jamais ce que tu as appris. Notre rôle est de défendre les opprimés. Nous assassinons ces tyrans qui usent de leur pouvoir pour commettre des atrocités. Jamais tu ne devras prendre la vie d'un Innocent. Deanna, tu es désormais un Assassin. »

    • • Trahison • •


    Durant les années qui suivirent, Deanna exécuta les missions qu'on lui confiait. Prendre la vie d'un homme lui importait peu, elle qui respectait la vie humaine et qui chérissait la nature. Tuer était son métier à présent. Il y avait peu de femmes dans le Clan des Assassins. Elles n'étaient que trois. Pourtant, Deanna était la meilleure d'entre elles. A un tel point qu'elle se situait juste après Gwayn. Beaucoup trouvèrent que son ascension avait été trop rapide, au point de se demander si elle n'avait pas séduit le chef du clan pour en arriver à ce point. Mais si Deanna avait gravi les échelons aussi vite, c'était parce qu'elle était d'une efficacité sans pareille. Gwayn n'hésitait pas à lui confier les missions les plus délicates. Apprenant avec une rapidité déconcertante, la jeune femme sut rapidement se montrer efficace en toutes circonstances et gagner le respect de ses autres frères. Deanna oubliait presque la vie qu'elle avait eu avant. Il n'y avait plus que le clan dans sa vie désormais. Et Gwayn. Elle était tombée amoureuse de lui. Il était son sauveur et celui qui lui avait montré la voie au moment où elle était plongée dans l'obscurité la plus totale. Tous les soirs, ils se retrouvaient et se laissaient aller aux affres de la passion, bien que certains désapprouvaient cela.
    La jeune femme passa trois ans là-bas. Trois ans où elle fut une véritable machine à tuer. Pas de sentiments, si ce n'était que pour Gwayn. Pas de remords. Que la cible. Et la cible seule. Un oubli de soi constant et des missions à accomplir sans ciller. Jusqu'au jour où tout s'arrêta.

    Deanna avait parmi les assassins, quelques amis. Il y avait Sarah, l'une des rares femmes du clan et dont l'efficacité était tout aussi redoutable. Les deux femmes étaient souvent amenées à travailler ensemble.
    Il y avait aussi Sharin, qui se trouvait juste en dessous d'elle dans la hierarchie. C'était un jeune homme sympathique, qui était également proche de Gwayn, malgré l'arrivée soudaine de Deanna qui avait tout chamboulé. Gwayn avait sa confiance absolue, toute comme Deanna. Il faisait parti des rares personnes qui n'avait rien contre leur liaison, entretenant lui-même une relation avec Sarah. Mais Deanna vit son véritable visage...

    Elle venait de rentrer d'une longue semaine d'absence. Sa cible avait été le tyran d'une petite contrée de Riva, une petit ville dont le gouverneur opprimait les villageois, ordonnait des exécutions publiques pour ceux qui manifestaient leur désaccord, ceux qui osaient se révolter ou tout simplement ceux qui ne pouvaient payer. Deanna avait du se contenter d'un assassinat propre, malgré qu'il méritait amplement plus qu'un poison versé dans son vin.
    Elle posa ses affaires sur son lit, défaisant ses bagages. Elle mit le collier de sa dernière victime de côté, preuve à amener à Gwayn que le contrat avait été exécuté avec succès. On frappa à la porte. Deanna invita la personne à entrer sans se retourner. La voix claire de Sarah vint à ses oreilles. Deanna se retourna en sentant la panique de son amie. Elle était essouflée et semblait avoir couru.


    «  Deanna ! C'est Gwayn... Il a...Il... »

    Sentant son coeur s'affoler, la jeune femme partit au pas de course, sans un regard pour Sarah. Elle se dirigea rapidement vers la chambre de son amant, ouvrit la porte et resta muette de stupéfaction. Gwayn était étendu sur le sol, une marre de sang grossissant autour de lui. Deanna accourut vers lui, les larmes aux yeux. Serrant le corps de Gwayn entre ses bras, elle l'appela de nombreuses fois, en vain.

    « Gwayn... Gwayn... Je t'en pris... Réponds-moi... Gwayn... Ne me laisse pas tomber ! GWAYN ! »

    Elle serrait entre ses mains le tissus des vêtements que portait l'homme qu'elle aimait, pleurant de toutes les larmes de son corps. Cela ne pouvait pas être vrai... Il ne pouvait pas mourir, pas comme ça... Non loin d'eux, se trouvait l'arme qui avait servi à le tuer. Gwayn était le meilleur d'entre eux, il n'aurait pas pu se faire surprendre comme ça, à moins qu'il ne connaisse son assassin au point de lui faire confiance...
    Mais en cet instant, il n'y avait que Gwayn qui importait pour Deanna. Tout ceci ne pouvait être qu'un cauchemar, ce n'était pas vrai. Le seul homme qu'elle avait aimé venait inévitablement de mourir. Celui qui l'avait sauvé, qui lui avait permis de revivre... Si elle était arrivée plus tôt... Pourquoi ? Pourquoi lui ? Et qui avait fait ça ? Pour quelle raison l'avait-on tué ? Elle n'arrivait pas à croire que tout cela soit vrai. Peut-être allait-elle se réveiller... Et à ce moment-là, elle le trouverait endormie à ses côtés... Comme à chaque fois qu'ils passaient la nuit ensemble, leurs corps nus l'un contre l'autre... Pleurant de plus belle, Deanna ferma les yeux avec force, espérant se réveiller... Elle retenta plusieurs fois avant de les ouvrir et de se rendre compte que ce n'était pas un cauchemar.
    Deanna reposa doucement le corps de Gwayn sur le sol, séchant ses larmes avec le dos de sa main. Elle entendit un bruit de pas derrière elle. Sans se retourner, elle reconnut le pas de Sharin. Sa voix n'étant plus qu'un faible murmure, elle s'adressa à lui :


    «  Il est mort... Je suis arrivée trop tard... »,

    Sharin se plaça derrière Deanna, posant délicatement une main sur son épaule. Détestant habituellement le moindre contact physique, elle ne s'écarta pas, trop abasourdi par la mort de Gwayn pour dire ou faire quoi que ce soit. Sur le sol, la lumière de la torche se trouvant derrière eux projetait des ombres. Leurs ombres. Celle de Sharin surtout, qui tenait quelque chose de long dans la main gauche. Long et aiguisé... Deanna se retourna vivement, se levant d'un bond. Son cœur battait dans sa poitrine, ses yeux étaient amarrés sur le poignard que tenait Sharin. Il voulait la tuer ?!

    «  Sharin... Qu'est-ce que... ? »

    Deanna n'eut pas le temps de dire le moindre mot que deux bras vinrent l'enserrer, pour l'empêcher de bouger. La voix sifflante de Sarah perça à ses oreilles.

    « Bon retour parmi nous, Deanna... »

    Elle n'arrivait pas à le croire. Ses amis... Les seules personnes en qui elle avait confiance... Sa sœur d'assassinat et le meilleur ami de Gwayn... La haine prenait peu à peu le contrôle. Ils les avaient trahis... Ils avaient tués Gwayn... Et ils voulaient faire de même avec elle....
    Sharin s'avançait, un sourire malfaisant sur le visage. Deanna lui lança un regard meurtrier, contrôlant la haine qu'elle ressentait à leur égard. Ils allaient le payer. Rapidement, elle envoya un coup de coude dans les côtes de Sarah. Cette dernière lâcha un grognement de douleur et libéra involontairement Deanna qui se retourna vers elle. Elle leva la jambe avec une rapidité incroyable et frappa de sa botte le menton de Sarah. Un craquement sinistre se fit entendre et Sarah s'effondra au sol, les yeux écarquillés par la surprise. Des yeux qui ne se fermeraient plus car sa nuque avait été brisée sous la violence incontrôlée du coup que Deanna venait de lui porter. Celle-ci tourna la tête avec rapidité vers Sharin qui chargeait. Elle fit un pas sur le côté. Sharin comprit la manœuvre et tenta de lui porter un coup avec son poignard. Il réussit à lui entailler la joue. Elle roula sur le côté, s'arrêtant à quelques centimètres du corps de Gwayn. Le poignard qui avait servi à le tuer luisait à la lueur de la torche... Son manche était sertie de pierres précieuses. Il n'y avant que deux comme ça... Le deuxième, un jeune homme nommé Theran et qui était autre que son frère jumeau le possédait. On avait tué Gwayn avec l'arme de Deanna. On l'avait souillée du sang de son amant. N'importe qui n'aurait alors qu'à penser que Deanna l'avait tué.
    Une flamme meurtrière prit naissance dans les yeux de la jeune femme alors qu'elle se redressa, serrant le manche du poignard avec force.


    « Ordure... Gwayn avait confiance en toi ! J'avais confiance en toi ! Pourquoi nous as-tu trahi ?! »

    Sa voix se répercutait sur les murs. Sharin se mit à rire, se redressant doucement et faisant tourner son propre poignard entre ses doigts.

    « Tu pensais peut-être que j'allais te laisser prendre ma place sous prétexte que tu couchais avec Gwayn ? Laisser la place qui me revenait de droit à une catin ? La place que tu occupe à présent me revient de droit ! Je devrais être le second de Gwayn, après tout ce temps ! Et pourtant... Tu arrives, il te sauve la vie et c'est toi qui t'assied sur mon trône ! Gwayn ne devait pas mourir mais tout compte fait... Cela m'arrange. Quand on t'accusera de son meurtre, j'aurais la place qui me revient de droit... je serais le chef du clan... Et la première chose que je ferais sera d'ordonner ton exécution... Tu as tué notre cher Gwayn, après tout... Son sang orne ton poignard... »

    Deanna fut abasourdi par autant de révélation. Depuis le début, ceux qu'elle avait cru ses amies complotaient contre elle. Toutes les preuves demeuraient contre elle... Et en supposant qu'elle arrive à tuer Sharin, comment arriverait-elle à expliquer que le sang de Gwayn ornait son arme ? Il y avait beaucoup d'Assassins qui ne cracherait pas sur le fait de l'écarter. Et Sharin n'avait certainement pas agit seul. Certes, il y avait Sarah mais Deanna aurait mis sa main à couper qu'il y en avait d'autres parmi eux. Le piège se refermait sur elle. Elle n'avait pas le choix, elle devait fuir. Elle devait partir loin d'ici. Au plus vite. Elle se dirigea d'un pas rapide vers la porte fenêtre. Sharin s'interposa et la ceintura. Il posa la lame de son poignard contre sa gorge, tordant l'un de ses bras derrière son dos. En riant, Sharin murmura à quelques centimètres de ses oreilles.

    «  Tout compte fait... Si je te tue, il n'y aura pas de témoins... Personne ne saura jamais ce qui s'est passé à part moi... Je dirais que je t'ai surprise tuant Gwayn... et que Sarah et moi avons tenté de t'arrêter mais que tu as tué Sarah et que tu as tenté de m'éliminer... Alors je n'ai pas eu d'autres choix que de te tuer pour ma propre sécurité... »,

    Deanna tenta de se débattre mais le moindre mouvement lui était douloureux. Sharin lui tenait le bras de manière à ce que si elle tentait de se dégager, ce dernier allait se briser.

    « La preuve que tu n'es qu'un lâche... Les coups de poignards dans le dos ont toujours été dans ta nature... Même si tu me tues, tu resteras un lâche... Toujours... »,

    La voix de Deanna claquait, la haine et le mépris qu'elle ressentait à l'égard de Sharin s'élevant dans l'air. Le visage de l'homme se décomposa. Deanna savait qu'il y avait bien une chose sur laquelle Sharin était à cheval : son orgueil démesuré. Avec un cri de rage, il la jetta sans ménagement au sol. Deanna parvint à amortir quelque peu sa chute et à atterrir non sans mal. D'un coup de pied, Sharin la retourna sur le dos et se plaça à califourchon sur elle, ses mains maintenant ses poignets avec force.

    « Ne fais pas la maline, Deanna... Ta position délicate ne te le permet pas. »

    Son visage n'était qu'à quelques centimètres de celui de la jeune femme, qui cherchait dans sa tête le moyen de se sortir de là. Une idée lui vint et en un éclair elle la mit à exécution. Elle administra un formidable coup de tête à Sharin, qui tomba en arrière, libérant Deanna. Avec le talon de sa botte, elle l'envoya sur le côté avant de se relever d'un bond. Des pas résonnèrent dans le couloir et Deanna, qui avait saisit son poignard dans le but de tuer Sharin dut abandonner cette idée. Elle se dirigea de nouveau vers la porte fenêtre, courant avec rapidité. La porte refusa de s'ouvrir. Deanna brisa la vitre d'un coup de talon au moment où Sharin hurla :

    «  Attrapez-la ! Elle a tué Gwayn et Sarah ! »

    Deanna ne se retourna pas. Elle parvint à la balustrade du balcon, grimpa dessus et sauta dans le vide. La chambre de Gwayn se trouvant au premier étage, elle atterrit, non sans mal dans la cour de la demeure. Une pluie de flèche s'abattait sur elle. L'une d'elle la toucha à l'épaule. Hurlant de douleur, Deanna s'arrêta quelques instants, déboussolée. Elle reprit néanmoins sa course jusqu'au mur d'enceinte qui était très haut. Par chance, quelques flèches s'étaient abattues sur le mur et leurs pointes demeuraient ancrés dans la pierre. Deanna bondit, sa main agrippant la première flèche tendit qu'elle posa ses talons contre le mur. Elle prit son élan et se balança jusqu'à la deuxième qui était plus haute. En tentant de la toucher, un des archers la rata de quelques centimètres. La flèche se planta au dessus de la tête de Deanna. Malgré son épaule blessée, elle parvint à se hisser jusqu'au bord du mur. Évitant une nouvelle flèche, la jeune femme sauta de nouveau. Elle s'agrippa à la branche d'un arbre, descendit jusqu'à ses racines et s'enfonça dans les ténèbres de la forêt.

    • • Redemption • •


    Durant deux jours, Deanna ne cessa de se cacher dans la Forêt Endormie. Ayant le clan entier à ses trousses, elle dut sans cesse trouver une nouvelle cachette. La plupart du temps, les branchages la protégeait des regards. Mais elle devait être particulièrement attentive, car échapper à des Assassins, même en en étant un n'était pas quelque chose d'aisé. On leur avait appris à se servir de leurs sens et de leurs intuitions.
    Ce jeu de cache-cache prit fin au troisième jour. Et Deanna sentait qu'elle n'aurait pas pu tenir un jour de plus. Sa blessure lui faisait souffrir l'enfer car elle était malheureusement en train de s'infecter.
    Dans la nuit du troisième jour, elle parvint au village du Lac Perdu. Affaiblie et affamée, elle s'arrêta dans une taverne. Malheureusement, sa tenue en cuir la confondait. Les villageois n'avaient rien à craindre des Assassins car ils ne s'en prenaient qu'aux tyrans ou aux criminels qui tuaient des innocents. Les Assassins faisaient justice pour ceux qui ne pouvaient le faire eux-même. Même en sachant cela, Deanna fut chassée de la taverne. La pluie venait de s'abattre à l'extérieur. Elle avait froid, ses défenses étant au plus bas avec cette blessure qui s'infectait. Grelottante, elle parvint à se trainer jusqu'à une sorte de grange. Mais elle n'atteint pas l'intérieur. Epuisée, elle s'effondra au sol, à quelques mètres de la porte. La pluie tombait sur elle, à la manière de minuscule poignards glacés. La dernière vision qu'elle eut avant de sombrer dans l'inconscience fut une silhouette floue qui avançait vers elle...

    Deanna reprit connaissance dans une chambre inconnue, comme il y avait trois ans. Cette fois-ci, ce n'était pas la chambre richement décorée qui avait été la sienne durant toutes ces années. C'était une chambre d'auberge tout ce qu'il y avait de plus banal. Elle se souvenait qu'elle s'était évanouie sous la pluie. Et que quelqu'un avançait vers elle. L'avait-on encore aidée ?
    La porte s'ouvrir doucement. Sur ses gardes, Deanna se redressa. Une jeune femme blonde avança vers elle. Elle se présenta sous le nom d'Awen. Elle avait trouvé Deanna, agonisante et lui était venue en aide. Elle avait soigné sa blessure et avait veillé durant la semaine où Deanna avait été inconsciente, victime d'une forte fièvre. La jeune femme remercia Awen, étant peu habituée à ce qu'on lui témoigne autant d'attention. Le seul qui avait agit ainsi était Gwayn. Et Sharin l'avait tué. Il avait monté la totalité du clan contre elle, dans le seul but de prendre sa place. Un jour, se promit Deanna, son aimé serait vengé. Sharin mourrait de ses propres mains.
    Deanna laissa peu à peu Awen entrer dans sa vie. Elle se méfiait, ayant été trahie par des gens qu'elle pensait ses amis. Mais elle comprit rapidement que les attentions de la jeune amazone n'était pas hostiles. Deanna avait une dette envers elle. Elle lui devait la vie. Dès que la jeune femme fut en état de marcher et de sortir, s'étant remise, elle se mit en tête de rendre la pareille à Awen. Quand celle-ci fut couronnée Reine des Amazones, Deanna décida d'entrer à son service et de la protéger... Partout où se déplaçait Awen, on trouvait Deanna, guettant dans l'ombre à l'affut du moindre danger. Deanna se fit accepter au sein des amazones, bien qu'elle ne soit pas des leurs. Elle s'accoutuma à leur vie, se pliant à leur us et coutumes. Au fil du temps, la relation qu'elle entretenait avec Awen se transforma en amitié. Son passé fut enterré et à présent, Deanna était en quête de rédemption.
    Malheureusement, les sorcières de Riva devinrent rapidement une nouvelle menace. Les sorcières au service d'Erebos se mirent en tête de prendre possessions du monde et menaçaient tous les habitants du monde de Riva... Deanne ne savait pas encore à quel point les choses allaient être périlleuses...


    ▬ Portrait psychologique : Avant son viol, Deanna était une jeune fille souriante dont la joie de vivre faisait le bonheur des habitants de son village. Elle adorait la nature et la respectait, la vénérant comme si elle était sa maitresse. Après cette nuit, quelque chose s'est brisée en elle. La haine qu'elle a longtemps ressenti envers ses violeurs lui a permis de tenir bon durant le long entrainement pour devenir un Assassin. Gwayn était le seul homme avec Sharin qui pouvait l'approcher, Deanna fuyant le sexe opposé comme la peste. En proie à une méfiance constante, elle ne relâche la tension qu'en présence des gens en qui elle a entièrement confiance. Et encore. La trahison de Sharin et de Sarah l'empêche de se lier avec les gens, Awen faisant exception à la règle. La jeune femme ayant appris à ne pas avoir de sentiment, elle donne souvent l'impression d'être froide. Elle ne montre presque jamais ce qu'elle ressent. Lorsque quelque chose la fait rire, elle se contente de sourire en coin. La seule personne pouvant se vanter de l'avoir entendue rire un jour est son frère Theran et probablement le seul qui pourrait la faire rire de nouveau. Redoutable au combat, sa simple présence décourage parfois quelques téméraires. Et ceux qui se sont frotté à elle s'en sont souvent mordu les doigts.

    ▬ Portrait physique :
    Deanna a les yeux verts, d'une couleur émeraude. Ses cheveux blonds lui arrive au niveau de ses épaules. Grande et élancé, elle est également musclée. Elle ne porte que extrêmement rarement de robe, préférant garder sa tenue de cuir lors de ses missions. En cuir rouge, cette tenue lui permet d'être plus libre de ses mouvements lors d'un combat. Il manque de nombreux attributs qui l'ornait avant, signe qu'elle faisait partie des assassins, comme un corset noir et une ceinture plus grosse à laquelle elle avait coutume d'y attacher quelques lames en cas de combat. Elle porte toujours sur elle le poignard sertie de pierre précieuse que son père lui avait offert quand elle était petite mais qui avait également servi à tuer Gwayn. A sa ceinture se trouve une épée qui a été forgée par le forgeron du village du Lac Perdu. Sa tenue impose le respect et la manière dont elle se tient également. Demeurant dans l'ombre d'Awen, elle se doit d'avoir une présence et de mettre en garde d'éventuels imbéciles.









    DERRIÈRE L'AVATAR



    ▬ Célébrité: Tabrett Bethell

    ▬ Prénoms ou pseudos : Les gens d'ici me connaissent sous le nom d'Aya Cool

    ▬Age : 18

    ▬ Multicompte : [ ] Oui [X] Non

    ▬ Comment avez vous connu le forum: En fait j'étais en train de commander une kalachnikov sur Internet puis j'ai voulu me chercher à boire... En me servant du café je me suis brûlé alors j'ai tapé sur mon ordinateur qui a beugué et qui a tapé tout seul le nom du forum avant de l'afficher sur Google... Magique hein ? Cool

    ▬ Autre chose : My name is Bond... James Bond... Nan sans déconner... J'en ai chié =.=
    ▬ Code du règlement :
    Spoiler:
     



_________________


♠️ C'est en hommes libres que vous êtes venus vous battre... En hommes libres que vous êtes... Mais comment garder votre liberté ? Il faut se battre ! Oui... Battez vous et vous mourrez peut être... Fuyez et vous vivrez... Quelques temps du moins... ♠️


Dernière édition par Deanna Wendelleigh le Dim 27 Fév - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Bran Blaidd

avatar

A ◆Bran Blaidd
Alpha - Forgeron ♠

MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 18:31

Je crois que dans la catégorie "pâté" tu viens de nous battre Laughing
Je laisse à Awen l'honneur de te valider, ce soir j'aurais pas trop le temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Theran Wendelleigh

avatar

ME ◆Theran Wendelleigh
Guerrier solitaire ♠

MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 18:34

Bon je savais que l'histoire était longue mais c'est encore plus énorme quand t-on y voit XD!! Pas encore lu hein, j'ai un peu la flemme là Cool
James Bond? La magie? Tu as fumé quoi avant de faire ta fiche toi? XDDD
Revenir en haut Aller en bas

Awen Benigan

avatar

A ◆Awen Benigan
Amazone - reine ♠

MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 18:49

A lue la fiche en entier Pompom Zez Zez Zez Sérieusement Laughing j'adore Bravo pour ta fiche

Je te déclare que tu es Validé :D

Bienvenue parmi nous ma chère garde du corps

_________________
Mon peuple, mon combat....

Ma fille, mon mari, ma famille....
Revenir en haut Aller en bas

Bran Blaidd

avatar

A ◆Bran Blaidd
Alpha - Forgeron ♠

MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 19:01

T'as tous lu en 23 minutes ?
Je vais encore mettre 1h à tout lire ça va être mignon tiens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Deanna Wendelleigh

avatar

A ◆Deanna Wendelleigh
Guerrière indépendante ♠

MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 19:02

Merci à tous Merci Awen de m'avoir validée
Bran, ouais je sais xD J'étais inspiré je pense ! XD
Theran, j'ai rien fumé voyons Sourire glauque Tu me connais

_________________


♠️ C'est en hommes libres que vous êtes venus vous battre... En hommes libres que vous êtes... Mais comment garder votre liberté ? Il faut se battre ! Oui... Battez vous et vous mourrez peut être... Fuyez et vous vivrez... Quelques temps du moins... ♠️
Revenir en haut Aller en bas

Theran Wendelleigh

avatar

ME ◆Theran Wendelleigh
Guerrier solitaire ♠

MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé] Dim 27 Fév - 21:13

C'est bien ça le soucis, je te connais XD!!
Une demi heure environ de lecture totalement en adoration!! Sublime ma poule!!! ça valait le coup d'attendre bravo!!^^
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: • • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé]

Revenir en haut Aller en bas

• • || Deanna Wendelleigh --- [ Guerrière Solitaire][validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Eärin Gloronwië, Garde-Chasse solitaire [Validé]
» Larme Solitaire - Guerrière - Femelle
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amazons Warriors :: Avant tout :: Présentation :: Confrérie de l'Aigle-